Hospices de Beaune

Hospices de Beaune

Premières impressions sur les cuvées

Toute l’équipe de l’Escargot Vigneron est désormais en ordre de marche pour préparer et partager cet intense moment de notre année : la 159ème Vente des Vins des Hospices de Beaune.
En tant que premier acheteur artisanal, nous vous proposons depuis 2005, d’acquérir à nos côtés et à conditions « Primeurs » quelques-unes des meilleures cuvées qui seront mises en vente le 17 novembre prochain.
D’ici cette date, nous vous enverrons 3 courriels (dont celui-ci est le 1er) pour vous apporter toutes les informations qui seront utiles voire indispensables pour réaliser un très bon achat. Pour les recevoir, merci de nous envoyer un mail sur l’adresse lescargot@animavinum.fr

Dans ce premier courriel, nous vous rappellerons le mécanisme de cette souscription d’exception et en premier lieu, nous vous ferons part de nos premières impressions suite à la dégustation que nous avons réalisée hier, lundi 4 novembre, aux Hospices de Beaune.
Les 2èmes et 3èmes courriels, viendront affiner notre sélection (plusieurs dégustations supplémentaires auront eu lieu) ainsi que notre stratégie d’achat.

Dégustation du millésime 2019 aux Hospices de Beaune :

Il est tout d’abord utile de lire notre publication : https://animavinum.wordpress.com/ , afin saisir les particularités climatiques du millésime. Car d’aléas météorologiques, 2019 n’a pas manqué, et tous ont marqué les vins de leur empreinte !
Pour résumer, 2019 est peu généreux (moitié de récolte sur les blancs et ¾ de récolte sur les rouges, EN MOYENNE !) Le gel de printemps, la pluie à la floraison et la sécheresse de l’été ont eu raison de la très belle sortie de bourgeons.
La principale condition de la réussite du millésime pour le vinificateur, réside dans sa maîtrise des extractions : les raisins ayant mûri par concentration, la maturité phénolique n’était pas toujours au rendez-vous et la qualité des tanins moins évidente.
Pour les blancs, c’est différent : les très petits rendements ont occasionné des maturités alcooliques étonnantes. Il n’est pas rare d’atteindre 14 voire 14.5° Alc. L’inquiétude initiale se situait davantage sur la préservation des équilibres acides.

La totalité des 50 cuvées sera présentée à la vente, mais 3 cuvées ne sont pas proposées à la dégustation pour des raisons de faible quantité : Bâtard-Montrachet, Puligny-Montrachet et Chablis 1er Cru.

Nos premières sensations :

Les Vins Rouges  présentent un profil assez classique pour la Bourgogne, entendez par là que la fraîcheur est au rendez-vous et que les aromatiques n’ont pas été cuites par la canicule.
La qualité est cependant hétérogène, selon les secteurs, en raison de l’ultra localisation des aléas climatiques : c’est une année où la qualité de sourcing est déterminante !!!

Ludivine Griveau a opté pour des vinifications de type « infusion » et privilégié des extractions par remontage. 2 ou 3 cuvées plus compliquées ont subit des pigeages. Les structures sont moyennes et les trames taniques sont fines et fraîches : nous aimons énormément. Autre très bonne sensation : les vins sont toniques, énergiques même. Le fruit reste frais. Tout cela est très prometteur pour les amateurs de Bourgognes classiques.

Volnay a été fort impacté par les aléas climatiques et le secteur des 1ers crus Santenots le paie cher : les rendements y sont très faibles. A la dégustation, les secteurs « stressés » ressortent un peu (tanins moins soyeux). La cuvée de Volnay 1er cru Santenots « Jéhan de Massol » et celle du « Général Muteau » nous ont fait très belle impression.

Pommard est à nos yeux, l’appellation qui présente la qualité la plus homogène : les cuvées sont bien nées, et nous percevons que la vigne a moins souffert. Les équilibres y sont très bons et les 5 cuvées figurent déjà parmi nos cibles (avec un coup de Cœur pour le Pommard-Epenots 1er cru  !)

Beaune : Cette appellation très étendue produit 10 cuvées différentes aux Hospices de Beaune ! Autant 2018 rimait avec homogénéité, autant 2019 accentue les écarts entre secteurs favorisés et ceux que le froid, la pluie (ou son absence) et la chaleur ont marqué.

7 cuvées sur 10 retiennent notre attention, et 4 d’entre-elles sont d’un très haut niveau : cela n’étonnera pas les habitués si je vous parle des cuvées « Nicolas Rolin », « Guigone de Salins » et « Dames Hospitalières » par exemple.

Savigny Lès Beaune et Pernand Vergelesses sont eux aussi hétérogènes : Pernand 1er cru « Les Vergelesses » est très intéressante (logée dans des fûts d’un vin et non en fût neuf) mais il y en a peu : seulement 7 pièces à la vente.

Du côté de Savigny, ce sont les 1ers crus « Arthur Girard » et « Forneret » qui nous ont le plus séduits, pour leur fraîcheur, l’éclat de leur fuité et la finesse de leurs tanins.

Corton : ce secteur de grands crus donne 3 cuvées aux Hospices de Beaune à partir de vinges situées sur différents secteurs dont les « Renardes », « Clos du Roi », « Bressandes », etc….. La cuvée du Docteur Peste ne nous a pas convaincu sur cette 1ère dégustation, au contraire de la « Charlotte Dumay » toute en finesse et en sucrosité et surtout la rare et chère « Baronne du Baÿ » qui est un de nos coups de Cœur !

Echezeaux, Clos de la Roche et Mazis Chambertin grands crus sont indiscutablement les grands vins de cette dégustation : ici la vigne n’a pas souffert autant du gel et de la sécheresse (sauf Mazis pour la sécheresse) : les vins sont pleins, extrêmement fins et dotés d’une très belle fraîcheur. Il y a peu de chances que nous achetions ces cuvées qui vont se négocier pour certaines au-delà de 100 000 euros la pièce !

Les Vins Blancs sont simplement époustouflants ! Ils présentent des équilibres de folie malgré des degrés alcooliques élevés et une concentration importante, conséquences de la petitesse des rendements.

Ceux qui nous connaissent savent que nous versons peu dans les qualificatifs dithyrambiques, mais là, nous devons reconnaitre un grand millésime lorsqu’il se présente à nous !

Sur les 14 vins blancs dégustés, notre plus mauvaise note est 14+ et la plupart se situent entre 16 et 19/20, c’est dire…. Alors bien entendu, il nous faudra raison garder car les prix seront certainement explosifs.
Ludivine Griveau nous a toujours prouvé qu’elle a un don particulier pour les blancs : elle a géré les chardonnays 2019 comme une chef. Ses pressurages ont été très adaptés au millésime (plus longtemps, plus fort). Une ou deux cuvées sont structurées autour d’une magnifique amertume noble, et ça, nous adorons !

Saint-Romain est une très jolie cuvée, peut-être un peu brouillée par l’imminence de sa fermentation Malo-Lactique : nous serons acheteurs !

Le secteur de Meursault est tout simplement formidable ! Toutes les cuvées sont sur notre liste de commissions ! Avec plusieurs Coups de Cœur ! Même la cuvée Meursault « Goureau » qui n’est pas celle que nous préférons habituellement, nous a totalement emballés ! Ca va se bagarrer ferme lors de la vente !

Beaune 1er cru blanc : une première dans l’histoire récente des Hospices, une cuvée est en 100% cuve à ce jour ! Celle du 1er cru «Montrevenots «  blanc. On est proche du coup de Cœur ici aussi : énergique, pleine, aromes éclatants (note anisée comme on aime). Nous tenterons d’en attraper au-moins 1 pièce !

Corton-Charlemagne et Corton-Vergennes nous propose 3 cuvées proches de l’exception, avec une mention spéciale pour « François de Salins ».

Mécanisme de la souscription :

Souscrire avec ANIMA VINUM c’est choisir une vision très artisanale de l’élevage de ses vins et une relation de confiance et de proximité. Au début, proposée uniquement à nos clients professionnels, notre souscription est ouverte, aux mêmes conditions, à nos plus fidèles clients particuliers amateurs de grands Bourgognes.
Nous avons à cœur de vous permettre de bien acheter vos grands vins des Hospices, ainsi, nous n’achèterons que le meilleur parmi les 50 cuvées proposées et fixons un prix maximum de souscription : pas question de s’enflammer pendant les enchères, …. Nous laisserons cela aux riches chinois !

Vous pourrez souscrire les cuvées de votre choix sur la base de caisse de 6 bouteilles 75 cl, de 3 magnums 150 cl ou encore d’un Jéroboam 300 cl !
Dans les 72 heures qui suivent la fin de la vente, nous vous confirmerons le prix réel de souscription qui ne pourra pas être supérieur à celui proposé initialement.
Le paiement de votre souscription interviendra dès réception de la facture pro forma et dans tous les cas avant le 10 décembre 2019. Seul le prix de la livraison et un surcouts matières sèches (que nous ne connaissons pas au moment où nous écrivons ces lignes) restera à régler au moment de l’expédition fin 2020.
Nous aurons le plaisir de vous convier en Bourgogne au printemps 2020 suivant afin de vous faire goûter vos vins en cours de l’élevage.
Partisans des élevages longs, les mises en bouteilles peuvent avoir lieu après 22 voire 25 mois d’élevage (comme c’est le cas pour le millésime 2017). La livraison des vins interviendra entre octobre et fin décembre 2021.